IPMVP : objectifs, mise en œuvre et certification

protocole IPMVP

Une opération de rénovation énergétique n’a de sens que si les économies d’énergies effectivement réalisées peuvent être quantifiées. Le protocole IPMVP offre une méthodologie reconnue pour évaluer l’impact positif de travaux d’efficacité énergétique. Comment mettre en œuvre un plan de mesure et vérification ? Quelle option de mesure choisir selon le projet ? Une certification CMVP est-elle obligatoire ?

Qu’est-ce que le protocole IPMVP ?

L’acronyme IPMVP signifie International Performance Measurement and Verification Protocol, ou en français Protocole International de Mesure et Vérification de la Performance (PIMVP).

Créé en 1997 par l’ONG Efficiency Valuation Organization (EVO), le protocole IPMVP offre un cadre précis et commun pour évaluer et comparer la performance énergétique d’un bâtiment ou d’un système avant et après rénovation. Il présente une méthodologie de mesure et de vérification de la performance du bâti et des équipements précise à mettre en œuvre.


À quoi sert le protocole international de mesure et de vérification de la performance ?

À la suite de travaux d’optimisation énergétique, l’enjeu consiste à en quantifier l’impact sur les consommations d’énergie.

Standardisé et fiable, l’IPMVP est ainsi indispensable pour mettre en évidence la rentabilité des investissements consentis. Il peut être utilisé dans différentes situations pour prouver les économies réalisées :

  • Lors du test d’une technologie qui peut permettre de réduire les consommations d’énergie ;
  • Dans le cadre d’une certification, pour valider les économies d’énergie et d’eau réalisées grâce à chaque optimisation inscrite dans le plan d’actions du SME (norme ISO 50001, LEED, etc.) ;
  • Comme moyen de justifier les économies réalisées pour les parties prenantes d’un contrat de performance énergétique (CPE).

akea-check-pointEn bref, le protocole IPMVP aide à assurer que les économies d’énergie revendiquées sont réelles et mesurables à travers une base commune pour les évaluations. Y associer un outil de surveillance des consommations énergétiques permet d’obtenir des relevés et un suivi en temps réel partagé entre les intervenants d’un projet.

Ce protocole est bénéfique tant pour les fournisseurs de services énergétiques que pour leurs clients.


Comment les économies d’énergie sont-elles calculées avec le PIMVP ?

La méthodologie comparative de calcul et de mesure des économies d’énergie selon le protocole international de mesure et de vérification de la performance obéit à une logique précise à respecter.

1. Définition de la situation énergétique de référence

La première étape consiste à déterminer la consommation énergétique de référence, pendant une période de référence, souvent déterminée à partir de données historiques de consommation énergétique.

Elle intervient avant la mise en œuvre du projet pour pouvoir comparer par la suite les performances avant et après la réalisation des actions de performance énergétique.

Les variables qui influencent significativement cette consommation d’énergie seront identifiées afin de déterminer une équation d’ajustement.

Deux types d’ajustements seront possibles :

  • Des ajustements périodiques, qui viennent de facteurs qui influencent les consommations d'énergie et qui évoluent constamment dans le temps. Par exemple la température extérieure ;
  • Des ajustements non périodiques (facteurs statiques), qui viennent de facteurs impactant la consommation d’énergie mais qui ne peuvent varier que très ponctuellement pas dans le temps. Par exemple, le volume chauffé qui évoluera en cas de travaux d’agrandissement.

La situation de référence doit faire l’objet d’un accord entre le maître d’ouvrage et l’opérateur d’efficacité énergétique.

2. Application des méthodes de vérification

Selon l’option choisie dans le protocole IPMVP (A, B, C ou D), les économies d’énergie sont calculées de différentes manières :

  • Option A isolement et mesure des paramètres clés : Calcul de la consommation d’énergie à partir de paramètres clés en période de référence et en période de suivi. Par exemple mesure d’une puissance et calcul de la consommation à partir d’heures de fonctionnement estimées ;
  • Option B isolement et mesure de tous les paramètres : Mesure de la consommation d’énergie directement en période de référence et en période de suivi;
  • Option C de mesure globale : Mesure de la consommation d’énergie globale d’un site à partir des données des compteurs des fournisseurs en période de référence et en période de suivi ;
  • Option D de simulation calibrée : Utilisé à l’échelle d’un site ou d’une partie autonome lorsqu’il n’existe pas de données pour la période de référence. Les consommations de celle-ci sont calculées par une simulation calibrée et la consommation globale est mesurée en période de suivi. .

Le choix de l’option dépendra des travaux réalisés et de la situation initiale propre à chaque entreprise ou système.

3. Calcul des économies

Les économies d’énergie sont calculées selon la différence entre la consommation de référence ajustée en fonction des facteurs d’influence et la consommation d’énergie réelle mesurée après travaux.

Cette différence représente l’impact net du projet d’efficacité énergétique.

schema-ipmvp-consommation-energetique-avant-apres-renovation

4. Plan de mesure et vérification M&V

Un rapport est rédigé pour documenter tout le processus de mesure et de vérification. Il comprend 13 points essentiels :

  1. Le but des mesures de conservation et d’énergie (MCV) ;
  2. Les options de l’IPMVP sélectionnées et le périmètre de mesure ;
  3. La situation de référence : période, énergie et conditions ;
  4. La période de suivi ;
  5. Les conditions de base pour l’ajustement ;
  6. La procédure d’analyse ;
  7. Le prix de l’énergie ;
  8. Les caractéristiques des compteurs ;
  9. Les responsabilités de suivi ;
  10. La précision attendue ;
  11. Le budget ;
  12. Le format des rapports ;
  13. Les procédures d’assurance qualité.

5. Mesure des consommations après travaux

Après la mise en œuvre du projet, les données de consommation d’énergie sont collectées de manière ponctuelle, continue ou à intervalles réguliers.

Les coûts de mesure et vérification doivent être appropriés à la dimension des économies d’énergie du projet. De plus, un équilibre doit être trouvé entre la précision et le coût des opérations de M&V.

Pour accompagner la mise en place d’un protocole IPMVP et la collecte des informations, Akéa Energies a développé une solution de monitoring de l'énergie et d’Energy Management. Il s’agit de DeltaConso Expert, logiciel de suivi énergétique désormais interfacé avec la plateforme OPERAT pour faciliter les déclarations des établissements soumis au décret tertiaire.

Les atouts de l’IPMVP : ce protocole énergétique est reconnu à l’international et offre une méthodologie de mesure transparente et pertinente. Il contribue à planifier efficacement un projet de rénovation énergétique et apporte un réel soutien aux décideurs. En outre, il représente un outil de communication fiable grâce à des résultats pertinents.


Améliorez vos performances énergétiques avec notre bureau d'études


Comment choisir parmi les 4 options de l’IPMVP ?

Le choix entre les quatre options de l’international performance measurement and verification protocol dépend :

  • De la nature et de l’envergure du projet d’efficacité énergétique ;
  • De la précision attendue des résultats ;
  • Des coûts des mesures et du suivi ;
  • Des exigences des parties prenantes.

L’option A de l’IPMVP sera la plus adaptée pour des projets où l’évaluation de quelques paramètres principaux sera moins coûteuse que leur mesure dans l’option B ou la simulation dans l’option D. L’incertitude devra demeurer acceptable.

L’option B est adaptée lorsque l’on peut isoler simplement l’action de performance énergétique et en mesurer tous ses paramètres, ou lorsque les compteurs déployés peuvent être mutualisés avec d’autres besoins de pilotage et de surveillance du site par exemple. La mesure peut également être moins coûteuse qu’une simulation complexe.

L’option C du protocole énergétique est adaptée à des projets incluant de multiples actions ou des actions difficiles à isoler et à mesurer seules (interactions complexes, impacts multiples…). Il faut également que les économies soient importantes par rapport aux variations de consommations périodiques naturelles.

Enfin, l’option D est utilisée quand les mesures physiques sont impossibles pour la période de référence. Elle repose sur des modèles informatiques calibrés avec des données réelles pour estimer la référence et la référence ajustée.

Est-ce un protocole obligatoire ? D’un point de vue réglementaire, l’application du protocole IPMVP n’est jamais obligatoire. Toutefois, il est souvent utilisé dans certains contextes où sa mise en œuvre devient pratiquement indispensable : contrats de performance énergétique (CPE), programmes de subventions ou incitatifs, normes d’entreprise, etc.


Comment se former et être certifié pour la mise en place d’un PIMVP ?

Mettre en place un protocole IPMVP implique une bonne connaissance des exigences relatives.

akea-diagnosticL’Efficiency Valuation Organization propose la certification CMVP (Certification Measurement and Verification Professionnal) qui atteste d’une maîtrise approfondie du protocole énergétique garantissant une mise en œuvre efficace, conforme et pertinente.

Tous les professionnels et les entreprises qui le souhaitent peuvent suivre les parcours de formation proposés par différents organismes de formation certifiés pour obtenir cette certification renommée en matière de suivi des consommations (avec l’AFNOR « Mesure et Vérification » (M&V), avec l’Association of Energy Engineers «Programme de formation de professionnel certifié en vérification des mesures (CMVP)», etc.)

Si le protocole IPMVP est facultatif, faire appel à une entreprise certifiée CMVP pour l’implémenter est presque toujours obligatoire. En effet, la plupart des grands projets de rénovation l’exigent dans le cadre de missions d’Energy Management.

Vous souhaitez améliorer
vos performances énergétiques ?

Consultez d'autres articles du blog Akéa Énergies